Accueil » Régionales » Aix-Marseille » La vie de la régionale » La journée de la régionale, le 4 mai (...)

Retour

La journée de la régionale, le 4 mai 2013

 

Samedi 4 mai 2013 de 9h à 17h30

À Marseille, sur le site de la faculté Saint-Charles (Plan du site).

 

Télécharger l'affiche de cette journée
et distribuez-la dans votre établissement et autour de vous.

Programme de cette journée :
De 9h à 9h20 au local : Accueil autour d’un petit déjeuner au local de la régionale
De 9h30 à 12h à l’amphi Charves : Deux conférences en parallèle
- Une conférence plus particulièrement consacrée à l’enseignement en lycée
- Une conférence grand public plus particulièrement consacrée à l’enseignement en primaire.
De 12h15 à 13h45 au local : Déjeuner
Un buffet sera organisé dans nos locaux.
De 13h45 à 14h30 à l’amphi Charves : Assemblée générale de l’association
Si vous souhaitez participer activement à la vie de votre régionale, vous pouvez être candidat pour les prochaines élections ; contactez-nous pour plus d’informations.
A cette occasion, nous évoquerons la préparation des journées nationales de Marseille 2013. Tous les volontaires seront les bienvenus pour nous aider à la préparation de ces journées (se signaler sur place).
De 14h30 à 17h30 à l’amphi Charves : Conférence suivie d’un débat

Les conférences :

Les conférences auront lieu dans l’amphi Charves.

-  Première conférence en parallèle (9h30 - 12h)

Modèles incertains en théorie des probabilités

par NadineNabil Kazi-Tani , docteur en mathématiques.

Toute modélisation mathématique d’un phénomène réel, qu’il soit de nature physique, biologique, économique ou d’origine humaine constitue intrinsèquement une simplification de la réalité. Tout modèle comporte donc de manière inhérente une erreur, liée à l’écart entre ce que fournit le modèle et la réalité. Est-il possible alors de mesurer le risque d’un écart jugé trop important, et dans quel sens ? Considérer l’incertitude de modèle consiste à proposer des modèles dits "robustes", comprenant leur propre incertitude de paradigme.
Nous donnerons un aperçu des liens qui existent entre l’incertitude de modèles et la théorie des mesures de risque, ainsi que des enjeux théoriques et pratiques qui préoccupent récemment le monde de la recherche dans ces domaines.

-  Seconde conférence en parallèle (9h30 - 12h)

Le repérage de la disproportion

par Agnès Gateau , professeur des écoles.

Cette entrée (différente de ce qui se fait d’habitude dans les manuels) passe par un travail sur des surfaces et des volumes et non par l’utilisation de tableaux de proportionnalité.

Etape 1 : les élèves sont invités à repérer le caractère semblable ou "disproportionné" d’agrandissements ou de réductions d’une même image. On repère visuellement puis on détermine une méthode de preuve mathématique pour montrer que l’intuition était juste ou erronée (tracé de deux droites repères sur chaque figure et superpositions).

Etape 2 : différents ateliers de manipulation dans lesquels les élèves ont à agrandir ou réduire des volumes ou des surfaces pour qu’ils restent semblables. (ce qui invalide c’est le caractère de disproportion mais aussi le calcul ou la mesure).

Etape 3 : Vers les données numériques. On combine la manipulation à la notation des données obtenues (dans des tableaux et des graphiques). On utilise ensuite ces tableaux pour « prévoir » et lire des dimensions et pouvoir construire ou tracer directement.

Etape 4 : utilisation de ces tableaux et graphiques pour des recherches qui utilisent d’autres grandeurs que les volumes ou les surfaces (prix, collections, masses......).

-  Conférence de l’après-midi (14h30 - 17h30)

Autour du cas de Sofia Kovalevskaya

par Michèle Audin , professeur à l’Université de Strasbourg.

Sofia Kovalevskaya, jeune fille aimant les mathématiques et déterminée à surmonter tous les obstacles pour pouvoir les étudier, fut l’auteur de plusieurs résultats mathématiques. Dans la conférence, j’évoquerai sa courte vie et certains de ses travaux, notamment ce qu’on appelle "le cas de Kovalevskaya", une sorte de gyroscope.
J’essaierai aussi d’expliquer pourquoi je trouve important de faire mieux connaître cette mathématicienne, en particulier aux lycéen•ne•s.

 Accueil   Haut de la page   Page précédente   La vie de la régionale